Kimberly Ecrit

humeurs, histoires, et autres bla bla - c'est déjà ça

Ma sélection de septembre

Septembre. La rentrée, la reprise. Back to school / Back to work appelez-ça comme vous le voulez l’idée reste la même.
La reprise pour moi également. Je n’ai rien écrit depuis longtemps et ce fut une trêve nécessaire. Magazines, romans, ouvrages scientifiques, j’ai en revanche enchaîné les lectures de tout bord, cherchant chez les autres les mots qui me font pour l’instant défaut mais aussi par plaisir d’abord.

Septembre (et en fait même déjà août) sonne aussi la rentrée littéraire mais comme je ne suis pas du genre à lorgner sur les nouveautés je préfère vous présenter un aperçu des livres qui m’ont accompagnés cet été.

My absolute darling – Gabriel Tallent

Elle s’appelle Turtle. Non, Croquette. Pas du tout, c’est Julia. Trois appellations pour une adolescente dont les connaissances ne sont pas celles des autres ados de son âge. Elle intrigue par sa méconnaissance du vocabulaire basique et fascine par son expertise dans le maniement des armes et la survie en milieu hostile.

La maison dans laquelle Turtle vit avec son père a des allures de cabane à l’abandon et on comprend très vite que leur relation n’est pas saine.

J’ai beaucoup aimé ce roman même si sa lecture fut par moment douloureuse tant certaines scènes étaient difficiles à lire. Cela faisait longtemps que je n’avais pas été autant happé par une histoire avec l’envie de secouer les personnages et de me battre à leur côté.

Le détail en plus : l’auteur a effectué un travail remarquable de recherches botaniques, si vous pensez vous y connaître en plantes vous allez déchanter.

Beignets de tomates vertes – Fannie Flag

Les jours se suivent et se ressemblent pour Evelyn Couch à l’aube de la cinquantaine tant et si bien qu’ elle envisage d’en finir plus tôt que prévu avec cette vie qui ne lui convient pas. Jusqu’à ce qu’elle se retrouve malgré elle à écouter Ninny Threadgoode, pensionnaire d’une maison de retraite, lui raconter à travers ses souvenirs l’ Alabama de ses jeunes années, le racisme et la vie au Whistle Stop Café.

Elle se demandait pourquoi les insultes avaient toujours une connotation sexuelle. Pourquoi les hommes, quand ils voulaient en humilier d’autres, les traitaient-ils de femmelettes ? Comme si être une femme était ce qui pouvait vous arriver de pire! On n’insultait plus ni les Noirs, ni les Japonais, ni les Italiens, les Polonais ou les Irlandais, en tout cas en public. Seules les femmes continuaient de faire l’objet de lazzis et d’injures.

Quelle pépite que ce roman de Fannie Flag (adapté au cinéma au début des années nonante). Un feel-good book comme on en trouve rarement. Ce roman à plusieurs voix est intelligemment construit et on ne se perd pas une seconde entre les flash-back et le retour aux années quatre-vingt, temps de l’action.

Le détail en plus : la recette des beignets de tomates vertes à la fin du livre.

Délivrances – Toni Morrison

Bride n’est pas le nom qu’elle a reçu mais c’est celui qu’elle s’est choisi. Et pour cause, elle ne porte que du blanc, dans toutes ses déclinaisons. Sur sa peau noire, presque bleutée, l’effet ne laisse pas indifférent. Un père absent, une mère qui ne supportait pas de toucher cette peau « si noire », Bride a malgré tout réussi sa vie comme on dit jusqu’au jour où l’homme qu’elle aime la quitte sans explication. Elle a des questions et s’en va trouver les réponses mais c’est sans compter les mystérieuses transformations de son corps.

Cet été fut aussi marqué par le décès de l’une des plus grandes figures de la littérature américaine, Toni Morrison. Et si Beloved est peut-être bien son ouvrage le plus connu ce sont les quelques pages de Délivrances (« seulement » cent nonante-deux) qui m’ont tenues compagnie. God help the child est son titre original et le lecteur comprendra bien pourquoi ces deux titres se valent, ce que je ne peux expliquer au risque de révéler l’intrigue.

Le détail en plus : c’est une leçon d’écriture. Être capable de raconter une histoire captivante en moins de deux cent pages, quand d’autres tournent encore en rond au bout de trois cent. Du talent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*

©2019 Kimberly | Powered by WordPress and 56k