Kimberly Ecrit

humeurs, histoires, et autres bla bla - c'est déjà ça

Ma sélection de printemps

Je suis de nature pondérée. Je pense être une personne qui réfléchit longuement (parfois trop) aux avantages et inconvénients avant de prendre une décision. Mais lorsqu’il s’agit de lecture je suis impulsive.

Je fonctionne au coup de coeur et à l’instinct. Les tendances et sorties littéraires, très peu pour moi. Je ne suis pas au fait des ouvrages en lice pour le Goncourt ou le Pulitzer. Je ne lis pas non plus le livre du moment, celui que tout le monde semble lire et n’oublie pas de mentionner sur les réseaux sociaux ou à l’heure du lunch devant son avocado toast.

Comment puis-je vous remercier ?

En venant ici et en lisant de bons livres, ceux qui vous plaisent et non pas les ouvrages dont on vous dit qu’il faut les lire, moi ou quiconque, je suis peut-être un peu affecté, mais je ne suis pas un pédant.

in Le Labyrinthe des Esprits – Carlos Ruiz Zafón

Tout cela pour dire qu’en cette période de confinement, certains (re)découvrent le plaisir de livre. Pour cette sélection du moment, pas de lecture sur le thème du confinement (quoique Huis Clos et son fameux « l’enfer, c’est les autres » trouverait à s’appliquer?). En revanche puisque nous sommes chacun Chez Soi (de Mona Chollet, je vous l’évoquais déjà ici), je vous invite dans ma bibliothèque pour vous présenter mes livres favoris. Certains sont très connus et d’autres pas. Ils ne sont pas forcément de ceux que les critiques érigent au Panthéon de la littérature mais ils m’ont émue, surprise ou fait réfléchir sus moi-même et ce qui m’entoure.

Si je ne devais en garder que quelques uns, ce serait ceux-là.

L’ombre du vent – Carlos Ruiz Zafón

Premier tome d’une saga en quatre épisodes c’est un hommage aux livres eux-mêmes, à leur pouvoir ensorcelant, à la folie qu’ils peuvent nous pousser à commettre, à ce qu’ils révèlent de chacun de nous. Si j’estime que l’auteur abuse quelque peu des figures de style dans le dernier tome, Le Labyrinthe des esprits, en revanche le style déployé dans L’ombre du vent m’éblouis du début à la fin.

L’écume des jours – Boris Vian

Pour en avoir déjà discuté avec d’autres amateurs.trices de lecture, Boris Vian est l’un de ces auteurs qui ne laisse pas de place à la demi-mesure, on aime ou on déteste. J’étais très jeune lors de ma première lecture et c’est principalement l’univers fantasque qui m’avait captivé. Par la suite j’ai pu apprécié les jeux de mots, les références au jazz et cette histoire d’amour aussi forte que triste et plus tard encore son style avant-gardiste et sa satire de l’époque.

Des fleurs pour Algernon – Daniel Keyes

Je me souviens de la première fois que je l’ai achevé comme si c’était hier. J’étais adolescente et ce livre m’avait bouleversé. Qu’est-ce que l’intelligence? En a t’on conscience? Est-ce un atout ou un handicap? On ne peut pas regretter ce qu’on n’a jamais eu mais qu’en est-il quand on a été en possession d’un pouvoir, d’un savoir, et qu’on assiste à son déclin ?

Harry Potter and the half-blood Prince – J.K Rowling

De toute la saga c’est celui qui aura été à l’origine de plus d’une nuit blanche. L’univers s’assombrit et Harry qui a déjà du vite grandir, mûri encore un peu plus. Avec ce tome l’autrice lève le voile sur le passé de Lord Voldermort et délaisse un peu l’aventure au profit de l’introspection des personnages et réussit selon moi la transition entre les tomes précédents et ceux qui amorcent la fin de la saga.

Les hommes qui n’aimaient pas les femmes – Stieg Larrson

J’ai lu ce livre (et les autres de la série) bien avant la couverture médiatique de la trilogie et de ses adaptations cinématographiques (que je n’ai pas vues) mais seul le premier tome m’aura tenu en haleine du début à la fin. Outre l’univers sombre dans lequel on se retrouve assez vite plongé, je tournais chaque page avec l’envie de voir comment la relation entre Mikael Blomkvist et Lisbeth Salander allait évoluer.

E=MC², mon amour – Patrick Cauvin

Mais si il ne devait en rester qu’un, un seul livre, c’est celui-ci. J’ai tellement ri (l’arrivée de Daniel dans une ville thermale – Vichy me semble t’il – me fait toujours pleurer de rire) et un peu sangloté face au jeune mais sincère amour de Lauren et Daniel, deux enfants surdoués et si différents. Á chaque relecture l’émotion est différente, forcément je ne suis plus la même qu’à douze ans. Un roman qui s’adresse aux jeunes lecteurs assurément mais dont je me délecte encore aujourd’hui. Il m’a donne le goût de la lecture et ouvert la voie pour toutes celles qui ont suivies.

2 commentaires

  • Gwen Aime

    Hé bien, cette plongée dans ta bibliothèque m’a réellement enthousiasmée! La variété des livres que tu nous livres, c’est autant de petites facettes de toi-même, à différents moments ou dans différentes circonstances. Il y a de l’éclectisme. De l’éclectisme harmonieux.
    Je partage certains de ces romans avec toi et d’autres que tu cites me sont des découvertes !
    En revanche, ta bibliothèque a aussi éveillé en moi des souvenirs bien enfuis : ma rencontre avec E=MC2 mon amour, dont j’avais oublié l’existence… et pourtant le roman est toujours bel et bien là, chez moi. Et désormais, l’envie de le relire aussi !

    • KimberlyEcrit

      Oh tu l’as (et tu l’as lu)! En ces temps parfois moroses en dépit de la météo radieuse j’ai filé directement à la page 21 (en version poché) pour revivre l’arrivée de Daniel a la sortie de la gare. J’ai eu les larmes aux yeux à force de rire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*

©2019 Kimberly | Powered by WordPress and 56k