Kimberly Ecrit

humeurs, histoires, et autres bla bla - c'est déjà ça

Ma sélection de mars – féminisme et égalité

Enfance. T’es pas une vraie belge. T’es pas une vraie philippine non, en plus tu sais même pas parler la langue. Tu manges du chien? Tu vois sur les côtés? Pourquoi tu as les cheveux aussi longs? Ne les coupes pas, les cheveux courts c’est pour les garçons.

Adolescence. Elle est vraiment jolie mais elle n’a pas de poitrine. Vous êtes charmante mademoiselle. Hey! Hey, réponds hein! Hey Miss Monde, tu suces?

Ce n’était pas et ce n’est toujours pas mon quotidien. Mais je l’ai vécu. Comme beaucoup d’autres femmes. Je ne me suis jamais laissé faire, ce n’est pas dans mon caractère. En revanche je me disais que c’était ainsi, que ça ne changerait pas, qu’il n’y avait rien de plus que je ne puisse faire. Alors que non, absolument pas.

Mon féminisme est né avec ma grossesse. Jamais auparavant je ne m’étais sentie autant dépossédée de mon corps et de mes choix. Par le corps médical parfois, les proches et, plus surprenant, par de nombreuses femmes, souvent. Ce n’est déjà pas évident tous les jours d’être une femme (et je m’estime chanceuse d’être de ce côté du globe) mais si en plus on se considère comme des concurrentes au lieu de se serrer les coudes…

Voici donc deux ans que le féminisme, le genre et les mythes qui y sont attachés, la question de la représentation des corps, celle de l’invisibilité des minorités et de la charge mentale m’intéressent et m’absorbent. Un féminisme récent mais sincère. Mais je ne suis pas de celles qui ont recours aux images et discours chocs pour convaincre, je préfère introduire le débat et faire se rencontrer des idées. Un féminisme discret mais engagé.

De cette manière je vous présente mes coups de coeur pour aborder ces différents sujets. J’ai volontairement délaissé les romans, même si cet article est classé sous l’onglet livres, car je pense sincèrement que les médiums suivants sont plus attrayants qu’un pavé de 500 pages, surtout en guise d’éveil (je préfère ça à « introduction ») à ces sujets.

Documentaires

  • Ouvrir la voix – Amandine Gay
    « Ouvrir La Voix est un portrait politique de femmes noires d’Europe francophone, qui révèle la complexité et la multiplicité de nos vies et de nos identités. Au-delà des anecdotes personnelles se trouvent les enjeux politiques liés à notre condition doublement minoritaire de femmes et de noires. C’est pourquoi j’ai choisi la forme de la discussion et des récits entremêlés afin que mon propre parcours soit nuancé et enrichi par celui d’autres femmes noires. Ouvrir La Voix est ma façon de célébrer l’histoire de la résistance des femmes noires qui depuis le marronnage, en passant par la créolité, le panafricanisme, la négritude et l’afroféminisme ont toujours inventés des outils leur permettant de ne pas être réduites au silence. Ce film est pour celles qui se sont battues avant nous et un témoignage pour celles qui viendront après nous. »
  • Miss Representation – Jennifer Siebel Newsom
    Les médias et la culture participent activement (et entretiennent) la sous représentation des femmes à des postes d’influence et de pouvoir (aux USA), distillant l’idée que la valeur d’une femme ne repose que dans sa beauté, sa jeunesse et sa sexualité mais en aucun cas dans ses compétences. Disponible sur Netflix.
  • The Mask You Live In – Jennifer Siebel Newsom
    Les hommes souffrent aussi de stéréotypes de genre. « Sois un homme, ne pleure pas! », la masculinité toxique fait aussi des ravages. Pas de solution miracle, pas de réponses à toutes les questions mais de quoi élargir son champ de réflexion. Disponible sur Netflix.

Expositions

  • American Women
    Une exposition qui tombe à point nommé avec la course à l’investiture américaine et la misogynie assumée de l’actuel président américain. American Women propose le regard croisé d’artistes américaines sur cinquante ans de lutte, avec un focus sur le corps et sa réappropriation par les femmes.
    Jusqu’au 30 juin 2020 à la Patinoire Royale. Entrée gratuite.
  • Libérer les femmes, changer le monde. Le féminisme des années 1970 en Belgique
    Très petite exposition mais qui regorge d’informations sur le féminisme de la « 2e vague ». Une plongée dans les revendications et actions menées dans les années 70 et qui sont, malheureusement, toujours d’actualité: le rôle de la femme dans la famille et l’éducation des enfants, la mainmise sur le corps (injonction à avoir des enfants, lutte pour le droit à l’avortement), place dans la société (invisibilité des femmes en politique),…
    Jusqu’au 24 mai 2020 au Musée BELvue. Entrée gratuite.

BD

  • L’origine du monde – Liv Strömquist
    A vrai dire je ne peux que vous conseiller toutes les oeuvres de cette autrice (La rose la plus rouge s’épanouit, I’m every woman, Les sentiments du Prince Charles, c’est elle!). L’origine du monde parle de la « fascination » (tu la sens, ma grosse ironie?) des hommes pour le sexe de la femme. L’autrice démonte des siècles de répressions sexuelles ainsi que les mythes qui entoure le sexe féminin.
  • Les culotées – Pénélope Bagieu
    D’abord blog publié sur sur le site lemonde.fr puis consacré en bd, Les culotées évoque l’histoire de ces femmes qui en dépit des obstacles de leur époque (et de leur condition de femme, et oui) sont parvenues à écrire le destin qu’elles désiraient. Une plongée dans différentes cultures et époques aussi intéressante que nécessaire.

Instagram

Last but not least, quelques comptes inspirants pour les adeptes d’instragram où décidément non il n’est pas uniquement question de selfies et de contenus sponsorisés:

@sissislafamille des témoignages d’entraide, de sororité et de quoi faire réfléchir sur l’attitude à adopter si jamais on devait être témoin de comportements inappropriés.
@corpscools non, gros.se n’est pas une injure et pourtant c’est ainsi que ce mot est le plus souvent utilisé. Y sont abordés entre autre la grossophobie, la censure des corps gros ainsi que les difficultés quotidiennes auxquels les gros.ses sont confrontées (toilettes publiques trop exiguës, protections hygiéniques non adaptées,…). L’un de mes comptes préférés et de loin.
@angela_sisto_ le compte d’une photographe basée à Berlin. Le mieux c’est encore de le voir de vos propres yeux.

2 commentaires

  • Charlotte

    Merci pour toutes ces inspirations

    • KimberlyEcrit

      My pleasure!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*

©2019 Kimberly | Powered by WordPress and 56k