Kimberly Ecrit

humeurs, histoires, et autres bla bla - c'est déjà ça

À oreilles consentantes

Rassures-moi, toi aussi tu as l’impression de tremper misérablement dans un bain de fatigue ? Faire du sport et aller me coucher dès les premiers signes de sommeil ne me suffisent plus, je devrai bientôt passer au café en intraveineuse. Cette fatigue a un impact sur les petites choses qui pourtant me plaisent tant. J’écris tous les jours mais un peu moins que la veille ou sans grande conviction. Lire est un plaisir mais dernièrement cela prend des allures d’exercice périlleux où je dois m’y reprendre à plusieurs fois pour comprendre un paragraphe.

« Change toi les idées ! » me crie t’on, sauf que je n’ai absolument pas envie de me distraire. Au contraire, je veux me concentrer en dépit de cette fatigue. Et depuis quelques temps ma planche de salut se nomme podcast. Si tu ne sais pas de quoi il s’agit pas de panique, c’est très bien expliqué ici

Ton podcast et toi, c’est où tu veux, quand tu veux bébé

J’ai très vite accroché au format du podcast. Que ce soit via ma connexion internet, casque vissé sur les oreilles dans mon canapé, en guise de compagnon dans mes corvées domestiques ou avec des épisodes téléchargés (en toute légalité!) à patienter dans les embouteillages ou dans une salle d’attente… Je me cultive, je m’interroge ou je m’étonne au son d’une ou de plusieurs voix et des histoires qu’elles nous confient et que j’ai choisi d’écouter, le tout d’une traite ou à ma guise.

Pour tous les goûts

Lorsque tu pousses la porte des podcasts c’est tout un univers qui se présente. Cinéma, littérature, cuisine, bien-être, récits de vie, séries télé et j’en passe sont contés par des amateurs ou des professionnels. Et le moins qu’on puisse dire c’est que si le phénomène semble encore marginal ou à tout le moins embryonnaire en Belgique, il prend de plus en plus d’ampleur dans les pays anglo-saxons sans grande surprise mais aussi en France.

Comment en expliquer le succès? Pourquoi certains accrochent et d’autres pas du tout?

J’ai le souvenir d’avoir toujours été fascinée par la voix, à quelle vitesse on peut oublier celle d’une personne, à quel point on peut être embarrassé de la sienne (qui ne s’est jamais dit après s’être entendu sur messagerie vocal « aaah mais non, c’est ça ma voix?! »). Dans Vox je vous faisais part de l’importance de la voix, de pouvoir s’exprimer, et je pense que c’est là toute la force d’un podcast. J’ai découvert énormément de podcast traitant du féminisme, de sexualité, du genre, de la race (oui, et pourquoi ce mot est tabou). Et pour cause ces thèmes demeurent encore à l’écart des médias grand public. Ils divisent, ils touchent là où ça fait mal et leurs porte-parole/voix n’ayant pas spécialement de place en tribune médiatique traditionnelle se la crée par ce canal.

Et comme pour tout on peut y être sensible ou pas. Il y a des podcast dont les sujets m’intéressent mais que je ne parviens pas à écouter car la voix ou le phrasé me déplaisent.

Faire entendre sa voix, raconter une histoire – son histoire – c’est lever un pan sur son intimité. C’est aller la déposer au creux d’une oreille consentante et curieuse.

On écoute quoi alors?

Ou plutôt j’écoute quoi parce que je ne connais pas tes goûts ni tes centres d’intérêts. Voici les trois podcasts que j’écoute régulièrement:

  • Les couilles sur la table – Victoire Tuallion et son invité.e explore le thème de la masculinité, ce que cela signifie aujourd’hui
  • Kiffe ta race – d’où tu viens? Non, mais vraiment, parce que bon tu n’es pas belge de souche, si? Y a t’il de bons immigrés? Rokhaya Diallo et Grace Ly s’interrogent sur les questions raciales et sur tout les fantasmes qui gravitent autour
  • Transfert – ou les histoires extraordinaires de personnes ordinaires en apparence. Puissant. Envoûtant.

Tell them, I am est un podcast que j’ai récemment commencé et qui pour l’heure me plaît. Qui est-on et qui n’est-on pas ? On se retrouve vite affublé d’une étiquette, labellisé…qui plus est quand on est musulman. Car oui, on peut être musulman et être philosophe, cuisiner des cookies ou aimer la mode. Misha Euceph leur donne la parole.

J’ai reçu beaucoup de suggestions de podcast et un bel aperçu de ceux que vous écoutez (La Poudre, Bliss, noCiné, Vlan!, Génération XX, Nouvelles Ecoles,…) la zone de commentaire est à vous, faites-moi découvrir vos podcasts préférés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

*

©2019 Kimberly | Powered by WordPress and 56k